Maintenir des sols vivants en Suisse

Le sol héberge la vie,

SOUVERAINETE_ALIMENTAIRE_expo_70x100cm_HD-11

comment le préserver et maintenir ses ressources ?

L’agroécologie, par ses techniques respectueuses de l’environnement, assure le maintien de toutes les formes de vie qui habitent le sol et qui, par leurs actions, sont indispensables à l’agriculture. L’engrais naturel nourrit non seulement les plantes mais aussi les organismes utiles à la lutte contre les parasites et les maladies.

Maintenir des sols vivants en Suisse

En appliquant des techniques de travail simples et efficientes, l’agriculture paysanne familiale maintient
et respecte la vie des sols, ce qui permet à la fois de respecter l’environnement
et de produire une alimentation saine.

Ci-dessous, quelques exemples de techniques qu’appliquent les agriculteur·trice·s qui produisent nos bonnes salades locales :
— Des techniques douces de travail du sol (en évitant les labours) qui aèrent sans retourner la terre, maintiennent et respectent la vie sous nos pieds.
— L’utilisation d’engrais naturels (tels que fumier ou déchets végétaux) apporte les besoins nutritifs aux êtres vivants du sol, ainsi qu’aux plantes et cultures.
— La valorisation des auxiliaires de culture, telles les coccinelles et autres insectes et bactéries, pour lutter contre les parasites et maladies et éviter ainsi des traitements nuisibles à la vie dans et sur le sol avec des pesticides de synthèse ou chimiques.
— La rotation et l’association des cultures qui permet de mieux contrôler la prolifération des maladies et des parasites car :
— les plantes utilisent différents nutriments
dans le sol, tandis que d’autres en apportent (p.ex. l’azote amené par la famille des haricots)
— un sol qui est toujours couvert par les plantes évite l’érosion, maintien l’humidité, assure sa régénération
— les plantes cultivées et les «mauvaises herbes » ont chacune leur raison d’être. Elles peuvent se stimuler mutuellement ou, au contraire, décourager certaines espèces de se propager. Plusieurs plantes ont en effet la faculté d’éloigner ou d’attirer des insectes qui pourraient être néfastes ou utiles à d’autres variétés.
Des pratiques respectueuses
De telles pratiques réduisent les risques liés aux épidémies et aux ravageurs, assurent des récoltes abondantes plus longtemps et génèrent des économies considérables en termes de fourrage, engrais, traitements, vétérinaire. Et donc des revenus supérieurs par rapport à l’agriculture conventionnelle. Cependant, les pratiques actuellement prônées par les politiques agricoles et enseignées dans les écoles d’agriculture sont basées sur la maximisation des profits et sur la croissance de la productivité, le tout selon une vision à court terme. L’agriculture industrielle est déconnectée de la nature et dépendante d’intrants extérieurs. Elle nécessite une technologie sophistiquée, un investissement financier important, une production de masse standardisée et une main-d’œuvre dont les compétences ne sont pas reconnues et dont le travail est sous-rémunéré.
Il est temps de nous rendre à l’évidence: le sol n’est pas un bien comme les autres! Il n’est pas extensible et seule une utilisation soigneuse peut garantir sa fertilité et sa longévité. La souveraineté alimentaire a pour but de préserver les surfaces cultivables, tant en quantité qu’en qualité. En étant actrices et acteurs de notre consommation et en soutenant une agriculture paysanne, c’est aussi nos sols que nous protégeons.

LEXIQUE

Agroécologie, agroécologique : terme qui peut désigner une discipline scientifique, un mouvement social ou un ensemble de pratiques agricoles. Ces trois facettes s’expriment en interaction les unes avec les autres avec des modalités qui diffèrent selon les aires géographiques.

Auxiliaires des cultures: ou organismes auxiliaires (p.ex. coccinelles) utilisés en agriculture pour protéger les cultures des parasites ou autres organismes nuisibles ou pour polliniser les plantes.

Azote : l’azote sert à la croissance végétale. Normalement disponible dans le sol grâce à des pratiques culturales appropriées. L’usage d’azote de synthèse, directement assimilable par les plantes, brise le cycle d’élaboration de l’azote par les micro-organismes du sol.

Intrants : en agriculture, on appelle « intrants » les différents produits apportés aux terres et aux cultures, qui ne proviennent ni de l’exploitation agricole, ni de sa proximité. Les intrants ne sont pas naturellement présents dans le sol, ils y sont rajoutés pour améliorer le rendement des cultures.

Nutriments : substances élémentaires contenus dans les aliments, ou issus de la nature ambiante, et nécessaires pour vivre. Un nutriment (eau, glucides, lipides, protéines, vitamines, sels minéraux) peut être directement assimilé sans aucune modification chimique.

Pesticides de synthèse : ensemble des produits chimiques employés contre les parasites animaux et végétaux des cultures (insecticides, herbicides, fongicides, etc.).

Ravageurs, ravager: animaux, champignons, bactéries et virus qui détruisent les cultures.