Vivre grâce à une alimentation saine en Suisse

SI NOUS SOMMES CE QUE NOUS MANGEONS,

SOUVERAINETE_ALIMENTAIRE_expo_70x100cm_HD-3

POURQUOI NE PAS MANGER SAINEMENT ?

Nous souhaitons toutes et tous être en bonne santé. Avant la médecine et l’exercice physique, c’est par l’ali- mentation que nous atteignons cet objectif. Pour la souveraineté alimentaire, le rôle premier de l’agriculture est de nourrir la population avec des denrées alimen- taires saines. Pourquoi ne pas rester en bonne santé grâce aux produits fournis par l’agriculture locale ? Ils sont sains et souvent écologiques.

VIVRE GRÂCE À UNE ALIMENTATION SAINE EN SUISSE

Chaque être humain à le droit d’accéder une nourriture suffisante, saine et adéquate. Il s’agit d’un droit fondamental reconnu par les Nations Unies. Chaque être humain à le droit d’accéder une nourriture suffisante, saine et adéquate. Il s’agit d’un droit fondamental reconnu par les Nations Unies.

C’est parce que notre alimentation est mondialisée qu’elle baisse en qualité : les méthodes de production, les transports et la transformation dénaturent nos denrées alimentaires. La transformation industrielle (plats préparés avec adjonction de conservateurs et autres produits « améliorant » goût et aspect) est particulièrement néfaste pour la qualité de ce que nous mangeons. Un autre enjeu est la surproduction de viande et de produits laitiers qui dépend presque entièrement de fourrages importés, cultivés avec des engrais minéraux et des pesticides de synthèse. La nourriture saine est moins accessible à la population. Entre autres parce que les produits alimentaires transformés sont de plus en plus présents, au détriment des produits frais, et parce que les grands distributeurs contrôlent toujours plus étroitement les marchés. En Suisse, contrairement à de nombreux pays voisins, les paysannes et paysans ne nourrissent pas leur bétail avec du fourrage issus de cultures OGM. Car la population a montré à plusieurs reprises un refus net de ce type d’alimentation et de production, et des risques qu’il représente tant pour la santé que pour la nature. Les Suisses tiennent à leur agriculture, paysanne, diversifiée, respectueuse de l’environnement. Une production biologique, locale, de saison, cultivée en pleine terre et récoltée à maturité fournit des aliments sains et écologiques. Par ailleurs, leur transformation artisanale favorise le développement d’une économie locale. Des circuits courts de distribution sont eux-mêmes plus écologiques.

UNE AGRICULTURE LIÉE À NOS BESOINS 
Martine Meldem, paysanne à Apples, explique : « Nous sommes la garantie d’une alimentation de qualité, grâce aussi à notre diversité de production : mon ami se convertit au bio, je pratique la vente directe, tu montes à l’alpage avec ton troupeau, il cultive la vigne, nous cueillons des fruits, vous produisez des légumes, nous sommes tous très forts ! Car l’essentiel est dans l’assiette. Et dans notre assiette, si l’on ne fait pas attention, on y met n’importe quoi ! Exemple : les céréaliers sélectionneurs s’inquiètent de produire des qualités de blé toujours plus chargées en gluten. Le caractère spécifique de ces variétés est nécessaire pour fabriquer des pâtes à pain industrielles ; grâce à la chimie ajoutée, elles n’ont plus besoin de temps ni pour lever, ni pour cuire. Mais la nature a ses raisons : un certain pourcentage de la population développe des allergies ou des intolérances. [..] La bonne solution, logique et respectueuse de la nature et des hommes, est de cultiver des céréales correspondant à l’énergie dont nous avons besoin, comme on l’a fait depuis toujours. Et comme on sait encore le faire dans nos fermes et chez certains artisans boulangers. » Pour La Via Campesina, la qualité de l’alimentation est au cœur de la notion de souveraineté alimentaire : « le droit à une alimentation suffisante, saine, respectueuse des cultures, pour l’ensemble des individus, des populations et des communautés. »

LEXIQUE

Engrais minéraux (ou chimiques) : matières fertilisant le sol et produites à partir de minerais extraits du sous-sol (phosphate, potasse) ou fabriquées à partir de l’azote de l’air.

Pesticides de synthèse : ensemble des produits chimiques employés contre les parasites animaux et végétaux des cultures (insecticides, herbicides, fongicides, etc.).